ISMO

Institut des Sciences Moléculaires d'Orsay


Partenaires

CNRS UPS




Rechercher

vendredi 28 février


Mise à jour
jeudi 27 février


Accueil > Équipes scientifiques > Systèmes Moléculaires, Astrophysique et Environnement (SYSTEMAE) > Méthodes théoriques > Molécules non-rigides

Molécules non-rigides

Pour traiter ces molécules, on fait appel à des modèles 4-D dans lesquels seuls sont considérés le mode de grande amplitude de la molécule et la rotation globale. De tels modèles ont été appliqués à la modélisation de la rotation interne de la molécule de méthanol bideutéré CHD2OH et au traitement de la quasi-linéarité de HCCN, CCN, CH2 et H2O.

On fait appel aussi à des modèles effectif 3-D qui rendent compte du couplage de Coriolis entre le mouvement de grande amplitude et la rotation globale. Un tel traitement a été utilisé dans le cas de l’acétaldehyde monodeutéré CH2DCOH.

Les molécules triatomiques non-rigides, présentant de la distorsion centrifuge anormale, ont également été modélisées en se basant sur leur hamiltonien exact. Dans cette approche 6-D, le calcul des éléments de matrice se fait grâce à des quadratures de Gauss. Une surface d’énergie potentielle, souvent obtenue par calcul ab initio, est indispensable.

Dans la même rubrique :