ISMO

Institut des Sciences Moléculaires d'Orsay


Partenaires

CNRS UPS




Rechercher

samedi 7 décembre


Mise à jour
mercredi 4 décembre


Accueil > Équipes scientifiques > Systèmes Moléculaires, Astrophysique et Environnement (SYSTEMAE) > Offres de stages, thèses et post-docs > Relaxation des molécules d’intérêt astrophysique suite à une photoexcitation dans l’ultraviolet du vide.

Stage de M2 Physique

Relaxation des molécules d’intérêt astrophysique suite à une photoexcitation dans l’ultraviolet du vide.

Niveau M2 ou thèse

La photophysique complexe des milieux astrophysiques est en partie induite par le rayonnement galactique ou solaire dans le domaine de l’ultra-violet du vide (VUV). La photoexcitation des molécules présentes dans ces milieux donne lieu à différents processus de relaxation tels que la dissociation, l’ionisation, l’isomérisation et la formation de paires d’ions.

Le but de ce stage de nature expérimentale est d’étudier la photoionisation et/ou la photodissociation d’espèces stables et radicalaires présentes dans les milieux astrophysiques en utilisant des expériences sophistiquées auprès du rayonnement synchrotron SOLEIL sur la ligne DESIRS et des expériences lasers à l’ISMO avec un système laser VUV à haute résolution unique en France. Ces études apportent d’une part des données indispensables aux modèles photophysiques des milieux astrophysiques et d’autre part, d’un point de vue plus fondamental, des données pour tester les limites des méthodes de calculs ab initio actuelles.

Le stagiaire se familiarisera ainsi avec diverses techniques du vide, d’optique laser, d’optique non-linéaire et avec la spectroscopie de photoélectrons. Il participera aussi bien à l’acquisition de données qu’à leur analyse spectrale.

Ce stage pourra se prolonger par un travail de thèse (contrat doctoral EDOM) au cours duquel les espèces radicalaires les plus abondantes dans les milieux astrophysiques (CN, CH, C2H, NH, NH2, …) seront étudiées de manière systématique pour combler le manque de données spectroscopiques concernant ces composés instables.

Voir en ligne : Astrophysique et édifices moléculaires